Amazon, un des leaders du commerce 2.0, a décidé de lancer sa propre plate-forme de vidéos en ligne, pour concurrencer le géant YouTube.

Amazon

Une date de lancement ?

Le service Amazon Video Direct a été lancé mardi dernier et est disponible aux États-Unis, en Allemagne, en Autriche, en Grande-Bretagne et au Japon. Le patron d’Amazon Studios, Jason Ropell, a annoncé ce jour-là que le service serait bientôt disponible en France, sans pour autant préciser de date. Une sortie en grande pompe au festival de Cannes, où 5 longs-métrages produits par Amazon Studios ont été présentés. Le géant de la vente en ligne marche aussi sur les pas de l’américain Netflix, à la différence qu’il veut que ses films sortent en salle, de peur que le public soit mécontent.

La rémunération des vidéastes

Un sujet presque tabou en France, et qui déchaîne les chroniques… Cyprien et Squeezie millionnaires, les placements de produits qui se développent, la rémunération de YouTube secrète, etc. Amazon se considère comme un renouveau en matière de vidéos sur Internet. Les créateurs de vidéos pourront choisir parmi différents modes de distribution, comme un service de streaming payant (Prime Video) où les ayants-droits seront payés 0,15 dollar (USA) ou 0,06 dollar (autres pays) par heure visionnée. Mais chaque vidéo sera plafonnée à 500 000 heures de visionnage, et les vidéastes pourront espérer une somme de 75 000 dollars par vidéo. Ils peuvent aussi mettre leurs réalisations en location, en vente à l’unité, ou plus traditionnellement en ajoutant de la publicité avant chaque vidéo, ce qui leur permettra dans ce cas-là d’avoir droit à 55% (publicité) ou 50% (autres offres) des revenus générés.

Caméra - Image d'illustrationUn bonus mensuel

Tous les mois, Amazon distribuera un petit bonus d’un million de dollars qui sera partagé entre les créateurs des 100 meilleures vidéos du mois. Seront pris en compte le nombre de vues, la durée de visionnage et la note décernée par les internautes. Un moyen d’encourager la création vidéo.

Conclusion

C’est un défi de taille que se lance Amazon en concurrençant YouTube et Netflix, tout en alliant les deux services en un, sous forme d’offres gratuites et payantes. En ajoutant à ces différentes offres une meilleure rémunération des vidéastes autant professionnels qu’amateurs, Amazon espère convaincre de nombreux vidéastes de se lancer dans l’aventure Amazon Video. D’autre part, l’entreprise espère faire le poids face à Netflix avec les sorties en salle de ses films ainsi qu’en se rapprochant du monde du cinéma et d’Hollywood pour gagner en popularité.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE