Facebook est en ce moment même traîné devant la justice américaine. En effet, une plainte a été déposée contre le réseau social qui aurait joué un rôle dans l’organisation d’un attentat par des terroristes avec entre autre son système de messagerie.

Facebook à la loupe

Des attentats rendus possibles par Facebook ?

Les familles de cinq citoyens américains et israéliens ont récemment porté plainte contre le réseau social au milliard d’utilisateurs. Ils réclament l’immense somme d’un milliard de dollars. En effet, leurs proches (un américain ainsi que quatre israélo-américains) ont été tués par des terroristes entre 2014 et 2016 à Jérusalem, en Cisjordanie et à Tel-Aviv. Les familles s’appuient sur une loi anti-terroriste de 1992 qui dit qu’une entreprise basée aux États-Unis a pour interdiction formelle de fournir des services ou du matériel à un groupe terroriste. Ces familles portent plainte contre l’entreprise de Mark Zuckerberg pour avoir « Joué un rôle essentiel dans la capacité du Hamas à mener à bien ses activités terroristes. Il a été plus facile pour le groupe terroriste de communiquer, recruter des membres, planifier et mener des attaques, et d’insuffler la peur ». C’est là que la responsabilité de Facebook entre en jeu.

Facebook face à la justice

Facebook : seul responsable ?

De nos jours, il est très facile de se créer un compte Facebook. Cependant, le réseau social est devenu tellement gigantesque que, malgré les outils de signalement disponibles, il est quasiment impossible pour lui de traiter toutes les informations qui y circulent même une fois celles-ci sauvegardées sur leurs serveurs. Il n’est sûrement pas le seul à aider les djihadistes à commettre leurs crimes, car il n’est sûrement pas le seul outil ni même le plus sécurisé pour cela.

Utilisateurs Facebook

D’autres services de communication en tort ?

Etant donné que Facebook n’est pas le seul moyen de communication sur Internet, est-ce que d’autres familles de victimes vont porter plainte contre d’autres services comme par exemple Twitter, Skype, et bien d’autres pour la même raison ? Ces services-là vont sûrement devoir surveiller leur contenu, car c’est aussi de leur devoir d’empêcher les terroristes de communiquer entre eux via ces outils et donc de mettre en place des attentats.

Conclusion

Facebook va naturellement tout faire pour ne pas payer le milliard de dollars demandé par les familles des victimes. Que ce soit une question financière ou simplement de principe. En effet, si Facebook venait à payer cette coquette somme, de nombreuses autres plaintes risqueraient d’être déposées. Les autres réseaux sociaux et services de communication vont eux aussi devoir faire attention. Ils redoutent des plaintes qui seraient des coups durs pour leur image. Une affaire à suivre de très près, tant par sa complexité que par sa philosophie.

Sources :

LAISSER UN COMMENTAIRE