Uber a finalement avoué publiquement qu’il a été victime d’un piratage informatique en 2016. 57 millions d’utilisateurs et 7 millions de chauffeurs ont donc été dérobés de leurs données personnelles vers la fin de l’année dernière. Il a aussi essayé d’étouffer cet incident en payant une rançon d’une somme de 100 000 dollars. Lire en détail ! Plus d’actualités high-tech vous attendent aussi sur notre site.

Uber

Une affaire embarrassante pour Uber

L’entreprise de VTC, Uber, est déjà une grosse pointure sur le plan mondial. Pourtant, 2 cyberdélinquants ont pu accéder à son système privé et volé les informations personnelles de 7 millions de chauffeurs et 57 millions d’usagers. Ils ont même réussi à lui soutirer la modique somme de 100 000 dollars en octobre 2016. Ils ont réussi leur coup en piratant des comptes GitHub d’Uber et en volant les informations de connexion pour accéder à son espace privé en ligne.

Pourquoi avoir menti ?

À son arrivée à la tête d’Uber en août dernier, Dara Khosrowhahi se lance dans une opération totale transparence. Cela n’a pas été la priorité de l’ancien dirigeant à cette époque puisque la société venait juste de trouver un accord à l’amiable avec le procureur général de New York pour résoudre un litige précédent. Uber voulait donc se faire oublier sur la scène judiciaire, alors que la loi américaine oblige les sociétés de dévoiler ce genre de problème aux victimes. Par ailleurs, le piratage de données et les failles sont devenus courantes ces derniers mois. Cela concerne aussi les équipements high-tech qu’on pense être fiable comme c’est le cas du nouveau MacOS High Sierra qui accuse déjà un lot de problèmes.

Uber

Des mesures déjà prises

Des mesures ont déjà été prises pour remédier à cette situation. Le nouveau PDG a mis à la porte le directeur de la sécurité avec l’un de ses subordonnés. Les chauffeurs concernés ont été informés et bénéficient désormais du programme de protection anti vol d’identité. Cependant, personne ne sait encore les conséquences de cet incident. Par contre, une « class action » ou un recours collectif a déjà été lancé contre cette compagnie pour faire valoir le droit de ces millions de victimes.

LAISSER UN COMMENTAIRE