Les amateurs ont du mal à y croire, mais les solutions écologiques pour compenser l’empreinte carbone via le Web écologie existent. En effet, plus on surfe, plus on relâche du CO2. Du coup, le bilan carbone paraît inquiétant en raison de la mondialisation de l’ utilisation des services internet. Voici quelques alternatives pour réduire cette pollution mondiale occasionnée par le recours quotidien aux services web.

Web écologie : planter des arbres avec Ecosia

Web écologie

Ecosia est un moteur de recherche Web écologie conçu et créé par Christian Kroll. Plus de 80 % de ses profits publicitaires sont investis dans des projets de reforestation en collaborant avec diverses associations en Allemagne. En effet, les profits ont été perçus à travers une stratégie publicitaire efficace comme Native advertising qui a pour but d’accroitre la visibilité sur le net. Plus de 7 millions d’internautes l’utilisent à l’heure actuelle. Selon les statistiques, Ecosia a permis la plantation de 20 millions d’arbres à travers le pays. Les projets de son concepteur n’en restent pas là puisqu’il prévoit déjà de reboiser la terre avec plus d’un milliards d’arbres d’ici 2020. Un projet sans doute ambitieux étant donné le contexte environnemental et économique actuel !

Ecogine : Web écologie à la française

Web écologie

Ecogine.org est une création de trois étudiants nantais qui a vu le jour en 2008. Ses résultats sont accessibles à travers Google France et projette tous ses bénéfices dans le financement d’associations environnementales. Ces dernières sont dûment sélectionnées par les internautes. Ce moteur de recherche Web écologie aide à protéger les animaux sauvages éparpillés à travers toute la France. Il participe activement à la limitation de la propagation des gaz à effet de serre en misant jusqu’à 10 % de ses recettes. Même son data center est écolo puisqu’il est simplement ventilé avec l’air de l’extérieur.

Ecomail : communiquer d’une manière Web écologie

 

Web écologie

Ecomail n’est pas une boîte e-mail purement Web écologie. Comme les moteurs de recherches énoncés ci-dessus, cette entreprise participe financièrement aux projets de protection écologique de la planète. Parmi ses projets figure le développement d’un réseau d’apiculteurs amateurs en Haute-Loire. Cela dit, Ecomail n’investit que modérément dans les activités limitant la pollution. Ce modeste investissement se justifie par la gratuité de la boîte mail, qui ne bénéficie uniquement de la participation libre des utilisateurs.

Web écologie : moins de pollution avec Newmanity

Web écologie

Le fondateur de la marque de commerce équitable Max Havelaar, Victor Ferreira,a créé Newmanity en 2012. Cette boîte mail se démarque de ce groupe de moteurs de recherches web écologie par son mode de fonctionnement vert. Elle utilise l’électricité d’Enercoop, une énergie 100 % renouvelable. Elle fonctionne à l’aide d’un data center Evoswitch, le premier à disposer d’une empreinte carbone neutre. Bien qu’étant une boîte mail française, l’entreprise est basée aux Pays-Bas. Elle est reconnue pour avoir affirmer ne pas enregistrer d’informations personnelles de ses utilisateurs pour consommer moins d’énergie.

LAISSER UN COMMENTAIRE