De nos jours, la loi ne parvient plus à réglementer les délits en rapport avec les fausses informations circulant sur le web. Selon un professeur en droit européen, Alberto Alemanno, la lutte contre la désinformation doit d’abord provenir des entreprises possédant un site en ligne. Les sociétés créatrices de réseaux sociaux sont aussi concernées par cette initiative de sécurisation des informations.

Fake news

Des solutions primaires contestées

Les utilisateurs d’internet sont quotidiennement confrontés à des « fake news » ou fausses informations. Pour lutter contre la prolifération de ces désinformations, Emmanuel Macron a déjà pris ses initiatives. Pour ce faire, il a décidé de déposer un projet de loi impliquant la révélation de l’identité des personnes ou sociétés qui diffusent des contenus en ligne. Ceci étant imposé dans le but de faire régner la transparence sur le web et de bloquer les sites récalcitrants.

Cela dit, cette idée est plutôt mal-vue par les opposants du gouvernement français actuel. En effet, cette obligation naissant de ce projet de loi limiterait la liberté d’expression de ces derniers en période électorale. Sans oublier les simples citoyens et les journalistes tenant des blogs personnels et professionnels.

Fake news

Les solutions proposées par les groupes de travail anti fake news

Le fact-checking constitue la meilleure solution pour combattre la prolifération de la désinformation sur le web. Dans cette optique, les groupes de travail proposent la mise en place de dispositifs d’alerte, tels que Fist Draft. Ils collaborent activement avec les médias pour détecter les fausses informations.

Fake news

Toutefois, la détection des fausses informations ne survient le plus souvent qu’après leur publication. Le temps de les supprimer, celles-ci circulent déjà à travers la toile et sur d’autres sites. Bien que l’on recoure à un juge des référés pour remédier aux conséquences des « fake news », l’action en justice aboutit souvent à une décision tardive. De toute évidence, chaque solution envisagée n’est pas radicale et laisse subsister les conséquences de la désinformation.

Fake news

LAISSER UN COMMENTAIRE